16/06/2013

Trophée d'Alsace 15 juin 2013

Bonjour à tous nos supporters!

Une bien belle journée de course par une météo tout à fait inconnue il y a encore peu de temps ; Soleil de plomb, t° de 27 à 30° en moyenne et un vent à peine décoiffant pour garder un coup d’air frais sous les combinaisons ignifugées.

Un accueil chaleureux dont les Alsaciens savent faire preuve sur leurs terres, une excellente dégustation de vins régionaux de Mr Philipe Brun, une course bien organisée par le 2cvRT/MVO sur le nouveau tracé de l’Anneau du Rhin que nous aurons eu le plaisir d’inaugurer en présence de Mr Rinaldi, propriétaire des lieux.

18 équipages (seulement) au départ, mais une ambiance dans les paddocks et les stands agrémentée du sourire de tous généré par le soleil omniprésent !

Notre vaillante 69, doyenne du plateau 2cv Belge en « Classic’s » est présente sur la piste pour sa 24è course en 6 saisons dont tout de même 5 tours d’horloge, sans jamais avoir essuyé d’abandon et seulement un accident notable (2012 – Fagnes). Championne de sa catégorie 5 fois d’affilée et déjà en position 1 pour le championnat 2013 avec sa régularité légendaire => Imbattable cette année encore !

1.jpgUne séance d’essais d’une heure le samedi matin qui placera les 2 voitures du Team FG devant la 69 et la 73 du Team Oui-oui deuche. La 72 de Gaspar/Denys/Franzen partant derrière nous pour cause d’un petit souci technique lors du tour de chauffe.

Un départ propre sans souci pour tous, prenant le départ comme presque à toutes les courses, je passe entre les deux Alsaciennes pour me faire reprendre par les voitures locales après seulement quelques centaines de mètres, prenant directement la bonne moyenne qui leur est connue et s’éloignant petit à petit laissant la 69 et la 73 dans le fond de la meute.

Le circuit est agréable, la piste frappée par le soleil est chaude, les 4 pneus « Meteor » que nous avons mis à l’essai se comportent très fiablement, laissant une sensation de « gras » qui la fait gentiment dériver mais des 4 roues et sans réelles surprises malsaines.

Quelques tours à l’attaque inscrivent un tour en 2:31:75 mais au bout de quelques belles frayeurs dont principalement dans la chicane assez serrée dans la nouvelle portion de circuit, où je passerai par deux fois derrière le deuxième tas de pneus pour éviter le contact et assez régulièrement avec les roues droites entre les pneus et le vibreur à éviter absolument !

Il fait très vite chaud dans la voiture et l’air frais entre agréablement par le volet d’aération, la fenêtre étant entre-ouverte également. Afin de gagner une seconde ou deux en piste, Je fermerai les aérations pour tenter de remonter un peu les temps. Mais les camarades Alsaciens tourneront d’emblée en 2 :27, nous aux alentours des 2 :33 et Oui-oui deuche en 2 :35.

Au bout de 4 tours, je n’aurai plus de 68 et 67 en visuel et verra s’éloigner lentement et régulièrement la 73 dans son rétroviseur, car ces deux voitures se valent tout à fait, la différence se marquant aux freinages et vitesse d’entrées et sorties des virages.

Les relais dureront 2h pour chaque pilote chez nous mais il y a 4 arrêts obligatoires. Nous choisirons la tactique la plus adaptée avec 2 relais fictifs en fin de course.

2.jpgAu bout de deux heures et une combinaison pesant environ 5Kg de plus (donc un pilote plus léger du même poids ;-) ) je rentrerai pour céder la place à Vincent qui se réjouit pour sa première course sur ce circuit. A ce moment la 67 et la 68 auront 1 tour d’avance sur la 69 qui elle aura presque repris un tour à la 73 car lors de son entrée en pit lane, la 73 est juste devant la 69 sur la piste.

Vincent pilotera pendant 2 heures tout à fait régulièrement mais se fera tout de même reprendre 2 tours par les 2 voitures locales qui auront pu soulager leur pilotage car assez d’avance repris sur nous, ils se laisseront tourner dans des temps de 2:30.

Vincent rentrera pour céder le volant à Dominique, avec lequel nous aurons affiné la stratégie des 3 arrêts qu’il fera obligatoirement sur ses 2h de piste.

Dominique aussi s’amusera beaucoup et jouera parfois au drift dans la fameuse chicane, fera un arrêt « fictif » après 1h30 de piste lors duquel nous remettrons le restant d’un jerrycan dans le réservoir pour assurer la fin en poussant un peu et remettre un peu de poids sur l’arrière.

A notre grande surprise, un 3ème safety-car sort pour laisser accéder la dépanneuse à la piste et ce sera cette fois la 68 qui rentrera sur le plateau. 
Thierry se sera fait reprendre en glisse, dans une meute d’hybrides dont l’une n’aura pas eu l’occasion d’éviter l’impact. Le pilote, Hervé, sera venu s’excuser de suite mais c’est un fait de course, et cela arrive malheureusement de temps à autres. L’inévitable fait partie du jeu. Un peu comme René lors du Trophée des Fagnes en 2012 avec la 4… Ici non plus, personne n’en tiendra rigueur à autrui.

J'irai directement dans leur stand m’inquiéter de leur situation ; Ouf ! Thierry ne s’est pas fait mal, c’est le plus important.
Leur voiture présente un avant droit dont la roue a sérieusement reculé…
Démontage de la roue pour voir l’étendue des dégâts : Le bras est bien plié.

Le team déçu voudra abandonner, mais je ne les laisserai pas faire et mettrai un bon coup de pied au c… à Marc ! Ils changeront de bras et repartiront ; il reste 1 heure de course environ !
« Il faut terminer, pour l’équipe, pour les supporters, pour les sponsors, comme lorsqu’on tombe de cheval, il faut remonter dessus directement ;-) »
Les quatre Classic’s termineront une fois de plus la course dans une régularité enviée par beaucoup d’autres et pour le plus grand plaisir du public.

Un dernier passage au stand pour le 4è relai fictif, juste sortir de la voiture et repartir.3.jpg
Dominique, en plein dans l’action re-démarrera tellement vite du stand que Vincent n’aura pas eu le temps de fermer la porte complètement, porte qui se fermera seule avec l’accélération de la voiture, mais dans une grand « clac » que je joint du rétroviseur ne supportera pas. Voila donc une glace de rétro fracassée devant le stand, par terre . Seul dégât notoire à notre voiture, finalement.

Le podium se déroulera dans les stands pendant que les « Drifts » se préparent à remonter en piste pour une démo.

Sur la première marche du podium Classic, nous retrouverons Franck Julich et Morgane Stoerkler (67) suivis en 2ème position par René Hoeymakers, Dominique Beaujean et Vincent Colin (69) et l’équipage Sébastien et Bernard Jacquet (73) qui fermera la dernière marche en 3ème position.
La 68 fermera la catégorie mais sera bel et bien présentée sur la ligne d’arrivée, premier objectif d’une endurance !

L’équipage Gaspar/Denys/Franzen (72) terminera sa course sur la plus haute marche du podium en catégorie Améliorées devant la 88.

Nous fermerons cette remise des prix par une tournée générale offerte « par notre président » Robert Vangyseghem, nous aurons tué deux futs de Jupiler pour le plus grand plaisir des Français sur place et reçu un pain saucisse.

Nous tenions à remercier vivement, une fois de plus, notre fidèle «suite » Céline, Catherine (Cha) et David pour leur présence à nos côté et l’aide qu’ils nous apportent à chaque course !
Merci aussi à Raoul et Geo pour leur présence en supporters avertis et bien sur leurs photos !

Prochains rendez-vous en piste :
- 31 août et 1er septembre à Snetterton (GB) ou la 69 ne sera pas présente mais un équipage « hybride » testera la nouvelle 72 (en construction) de Pierre Gaspar avec l’équipage Gaspar/Beckers/Hoeymakers/Denys pour se mesurer aux Anglais et mettre au point cette voiture pour la course suivante.

- 19 et 20 octobre pour les incontournables 24h 2cv de Spa-Francorchamps ou la 69 sera bien entendu présente aux côtés de la new 72, comme les années précédentes !

Sportives salutations à tous et au plaisir de tous vous revoir !
Pour le team la2cvmania.be ;
Hoeymakers René

12:49 Écrit par RENE HOEYMAKERS | Commentaires (2) | |  Facebook